Dataviz : la puissance de l’image

Dataviz : la puissance de l’image

Par Seva Team, le 23/05/2017

Présentation annuelle, business revue, plan marketing, convention managers,  séminaire  force de vente et autres occasions de rassembler des équipes autour de chiffres….ça vous dit quelque chose ?

 Avec la publication des résultats 2016, vous allez devoir communiquer sur les chiffres annuels de l’entreprise, des données riches et complexes qui, souvent, ne passionnent que les addicts du chiffre !

Votre premier réflexe pour votre prochaine intervention à base de données chiffrées ? Une bonne vieille présentation PowerPoint (ppté pour les intimes).

Comme on a procédé un peu trop souvent, on fait un peu de copier/coller, quelques captures d’écrans, des tableaux importés d’Excel avec des camemberts tout aussi vilains qu’illisibles ; les plus téméraires se lanceront dans des animations ringardes et contre-productives. Seulement, ce n’est pas parce vos slides sont remplies de belles courbes qu’elles sont attractives !

pourquoi marketer tous ses contenus ?

Nous sommes entrés dans une ère de boulimie d’informations. La quantité d’information récoltée à travers tous les canaux numériques devient phénoménale, les prises de décisions stratégiques et notre capacité d’innovation reposent sur notre capacité à appréhender ces données en les organisant, les éclairant…

Le travail de représentation visuelle avait, jusqu’à maintenant, été une approche utile mais non essentielle. Il est devenu nécessaire voire indispensable de travailler la forme pour mieux communiquer avec ses collaborateurs, mieux valoriser son travail, mieux comprendre le processus de décision.

Communiquer pour se faire comprendre

Pour se libérer de l’angoisse de présenter des chiffres qui concernent tout le monde mais qui finissent par n’intéresser personne, on fait appel aux communicants. Ils sont par nature, plus impliqués comme experts de la pédagogie et de la vulgarisation.

On a étudié et compris depuis longtemps que le cerveau humain analyse plus vite une image qu’un texte (60.000 fois plus vite d’après les neuroscientifiques)  et que nous retenons 10% de ce que nous entendons, 20% de ce que nous lisons et 80% de ce que nous voyons.

Cet article a vocation à expliquer simplement comment faire la différence entre les différentes formes de représentation de la dataviz basique à l’infographie en passant par le concept plus récent de data storytelling.

DATAVIZ ou Data Visualisation

En bon français, le concept de « visualisation de données » est l’art de mettre en images des chiffres pour accélérer la compréhension.

Comme M. Jourdain, dans le Bourgeois Gentilhomme de Molière, qui apprend qu’il parle en prose, vous faites de la dataviz depuis que vous savez insérer un histogramme, des courbes ou des anneaux sur vos feuilles Excel.

Mais il existe de nombreuses représentations comme des cartes choroplèthe (ex : carte de France multicolore représentant le niveau de pluviométrie des départements), des dendrogrammes (ex : représentation d’un arbre généalogique), des diagrammes circulaires… Il y en a tellement qu’il serait impossible de toutes les lister.

Avec ce type de méthode, on retrouvera peu de narration ou de liant ; on se contente de présenter des chiffres sous un format autre que le tableau pour les rendre plus digestes.

L’objet est de poser un constat neutre, des données brutes qui fournissent les éléments d’une histoire commentée par celui qui les présente. Il est d’ailleurs fortement recommandé de ne soumettre qu’un message par graphique.

Intérêt de la dataviz :

  • Agréger des quantités de données importantes
  • Présenter des résultats objectifs
  • Ne retenir que l’essentiel
  • Tirer des conclusions claires pour tout le monde

INFOGRAPHIE

Avec l’infographie, on passe un cap en terme d’attractivité. On bascule complètement dans l’univers marketing en créant une histoire et en jouant avec des chiffres et des statistiques : un « chaos » organisé d’expert !

On peut retenir 3 points clés pour réussir son infographie : synthétique, logique et graphique.

Synthétique, parce qu’elle doit raconter une histoire claire, alors il faut savoir choisir les informations les plus percutantes et pertinentes parmi le flux d’informations. Si les informations sont vulgarisées, elles sont riches et complexes à destination d’un public non averti.

Logique, grâce à un fil conducteur qui permet de structurer et hiérarchiser les pictos, chiffres et autres visuels.

Graphique, parce qu’il faut clairement un parti pris graphique et unique pour sortir de la dataviz factuelle et surtout être performante.

Ces 3 points réunis garantissent une lecture facile puisque 90% de l’information qui parvient à notre cerveau est visuelle.

L’infographie est également virale puisqu’elle est facile à lire, facile à comprendre, facile à partager, sur les réseaux sociaux en particulier…

Intérêt de l’infographie :

  • Imposer une identité forte et personnalisée
  • Illustrer des concepts et des idées
  • Raconter une histoire autoportée
  • Mener son public vers une conclusion
  • Faciliter la sortie de son écosystème par la viralité

DATA STORYTELLING

Le storytelling est l’arme ultime pour communiquer et capter l’attention. C’est présenter des chiffres en perspective selon un contexte ou un environnement donné.

Evidemment, il faut connaitre le profil de son public pour soigneusement choisir les datas qui feront mouche et positionner le curseur de la complexité de l’histoire.

On obtiendra une réelle efficacité à partir du moment où on jalonne son récit de connexion data froide avec réalité chaude et où on ponctue le déroulé par des moments clés créateurs de réactions émotionnelles.

Des dataviz qui ont un sens et une « vie » provoquent une adoption immédiate, créent une relation de confiance.

Cette approche pédagogique et attractive peut intégrer une notion d’interactivité pour faciliter la projection et donc la notion de répercutions suite à une prise de décision.

Intérêt de la data storytelling :

  • Choisir et organiser des data de sources différentes
  • Narrer des faits et leurs effets
  • Projeter des données chiffrées abstraites dans la vie réelle pour un meilleur engagement
  • Partager un contenu riche sous une  forme à la fois pédagogique, fluide et ludique
  • Offrir de l’interactivité

Comment choisir l’approche ?

Il n’y a pas de méthode meilleure l’une que l’autre. Tout dépend de vos publics, de vos ressources et de vos objectifs. Seules ces informations vous conduiront vers la meilleure réponse à apporter.

Le type de traitement, par contre, doit comporter une part de recul important pour mettre en lumière vos messages et leurs degrés d’importance perçus au final. L’agence se doit impérativement d’être pro active autant dans le contenu que dans la forme.

Pour finir, je vous recommande l’article écrit par Matthieu sur le « motion design » pour avoir une vision sur une autre approche moins interactive mais très percutante.

À lire aussi…

Seva Team

Seva Team

Commentaires

Laissez nous un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Partages